Soigner l’infection urinaire

Appareil Urinaire Féminin

Appareil Urinaire Féminin ©️ monurologue.fr 2016

L’infection urinaire est un véritable cauchemar quand elle nous tombe dessus. Elle provoque des douleurs à la limite du supportable, elle est invalidante car elle nous oblige à aller aux toilettes toutes les 5 minutes et surtout elle nous gêne.

Physiquement bien sûr mais aussi moralement. Il est difficile de dire que l’on a une infection urinaire à ses collègues qui nous voient aller aux toilettes toute les 5 ou 10 minutes. Il est compliqué de consulter un médecin et surtout de répondre à ses questions.

Beaucoup de personnes ont honte. A tort mais c’est tout à fait compréhensible. Sachez que chaque année plus de 2 millions de femmes sont touchées par cette infection. Les hommes n’y échappent pas non plus. C’est donc une infection « courante » et vous ne devez pas avoir honte d’en parler.

Il faut savoir qu’il y a de nombreux traitements pour soigner une infection urinaire de façon rapide et efficace.

Nous avons réalisé ce site pour vous accompagner, vous guider, vous conseiller et vous indiquer toutes les solutions qu’il existe pour que votre infection urinaire ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Sommaire

Qu’est-ce qu’une infection urinaire?

Appareil urinaire masculin

Appareil urinaire masculin ©️ monurologue.fr 2016

Il s’agit d’une infection (aiguë ou chronique) d’un organe appartenant à l’appareil urinaire. Il peut s’agir de la vessie, du rein, de l’urètre ou de la prostate.

Pour des raisons simplement anatomiques, l’infection urinaire touche plus les femmes que les hommes. En effet, l’urètre est plus court chez la femme et cela a pour conséquences de faciliter la prolifération des bactéries et la contamination de la vessie. Il faut savoir qu’elle est également très courante chez les enfants.
La bactérie en cause est souvent l’Escherichia coli mais d’autres peuvent également être responsables d’une infection : le Staphylococcus saprophyticus ou encore le Klebsiella.

Il existe 5 types d’infections urinaires qui se différencient par la localisation de l’infection.

La cystite infectieuse

C’est l’infection la plus courante et elle touche principalement les femmes. La cystite infectieuse est une inflammation de la vessie. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une cystite aiguë simple et les risques de complications sont rares.

L’urétrite infectieuse

On parle d’urétrite infectieuse lorsque c’est uniquement l’urètre qui est touché par l’infection. Le plus souvent il s’agit d’une infection transmissible sexuellement. Elle est assez courante chez les hommes même si les femmes peuvent en développer une.

La pyélonéphrite

Il s’agit d’une infection plus grave du bassinet et du rein. Elle est souvent due à une infection bactérienne. La pyélonéphrite est souvent une complication d’une cystite qui n’a pas été traitée ou mal traitée. Les bactéries remontent de la vessie aux reins et se prolifèrent. Tout comme la cystite, ce sont les femmes qui sont le plus touchées par la pyélonéphrite et notamment les femmes enceintes. Les enfants qui ont une malformation des uretères peuvent également avoir ce type d’infection.

La prostatite

La prostatite est l’infection aiguë ou chronique de la prostate présente uniquement chez l’homme et se trouvant sous la vessie. Toute infection urinaire accompagnée de fièvre chez l’homme est en faite une prostatite (sauf les infections rénales). La prostatite chronique est provoquée par des infections urinaires répétées.

L’infection urinaire récidivante

cystite à répétition ou récidivante?

cystite à répétition ou récidivante? ©️ monurologue.fr 2016

Les cystites à répétition sont des infections urinaires qui surviennent moins de 4 fois par an. Le traitement est le même que pour une cystite simple.

Par contre, la cystite récidivante est une infection qui survient plus de 4 fois par an. Le médecin va dans ce cas être plus attentif à la présence de facteurs de risques qui expliquent cette sensibilité aux infections. Un examen cytobactériologique des urines ainsi qu’un antibiogramme devront être réalisés.

Il est important de consulter et prévenir votre médecin à chaque infection et surtout, dès le début de l’infection urinaire.

Les signes et symptômes d’une infection urinaire

Il est important de connaître les symptômes d’une infection urinaire pour consulter votre médecin au plus vite. Si un traitement est pris dès le début de l’infection urinaire, elle ne durera que deux ou trois jours.

Les symptômes d’une cystite infectieuse

La cystite infectieuse se manifeste par des brûlures  pendant les mictions (lorsque l’on urine) et par des envies fréquentes d’uriner . Il peut arriver que les urines soient troubles et hémorragiques et/ou malodorantes. La cystite provoque également une douleur au niveau du petit bassin .

Les symptômes d’une urétrite infectieuse

Les symptômes d’une urétrite sont exactement les mêmes que lors d’une cystite infectieuse  : douleurs en urinant et envies d’uriner fréquemment.

Les symptômes d’une pyélonéphrite

Une fièvre élevée (39/40°), des frissons, une altération de l’état général et des douleurs lombaires sont les symptômes d’une pyélonéphrite. Peuvent leur être associés ceux de la cystite  .

Les symptômes de la prostatite

Cette infection se traduit par des envies fréquentes d’uriner  et souvent pour de faibles volumes mais également par des brûlures , de la fièvre , des frissons et des symptômes grippaux .
Il arrive dans certains cas qu’il y ait la présence de pus par le méat urétral ou que les urines soient troubles et malodorantes.

Les causes de l’infection urinaire

Les bactéries en cause

Bactéries E.coli vues au microscope électronique.

Bactéries E.coli vues au microscope électronique.

Dans plus de 80 % des cas, le germe en cause de l’infection urinaire est la bactérie E. coli. Elle est présente dans l’intestin des mammifères, y compris les humains. Elle ne pose généralement pas de problèmes.

Il existe plusieurs souches de cette bactérie et si la plupart d’entre-elles sont inoffensives, certaines peuvent entraîner des problèmes de santé dont l’infection urinaire. Se trouvant dans les intestins des animaux d’élevage, elle est transmise aux hommes par contact indirect lorsque l’on consomme de la viande ou du lait cru qui sont entrés en contact avec la bactérie par exemple.

Elle peut également être transmise si l’on est en contact direct avec des déjections d’animaux infectés. N’importe qui peut être touché par une intoxication à l’E. coli mais il est vrai que les femmes enceintes, les personnes âgées, les enfants ont plus de chance d’être contaminés par la bactérie.

Pour la combattre, un traitement antibiotique sera mis en place. Pour éviter une infection par cette bactérie, il faut notamment se laver les mains avant de cuisiner, bien laver ses fruits et légumes, faire cuire sa viande à point, se laver les mains après avoir touché des animaux et ne pas consommer de produits non pasteurisés.

La sexualité

Avant de rentrer dans le détail du sujet de la sexualité et des cystites, nous vous recommandons de toujours uriner après un rapport sexuel (miction post-coïtale). Cela permet d’éviter et d’éliminer la prolifération de germes contractés lors d’un rapport sexuel.

De plus, nous vous alertons sur les risques d’infections non négligeables lors d’une sodomie. Il est déconseillé entre autres de passer de l’anus au vagin sans changer de préservatif ou sans un passage par la douche.

Usage de lubrifiant et du préservatif

Utilisez des préservatifs adaptés
Durex Pleasure Me perlés et nervurés

Durex Pleasure Me perlés et nervurés

Il est important de savoir que le préservatif ne protège pas des cystites. Bien au contraire ! En effet, il peut les favoriser s’il provoque une irritation.

Lorsque vous choisissez vos préservatifs, privilégiez les modèles texturés (striés, nervurés ou autre). En effet, un préservatif texturé, bien lubrifié, va limiter les frottements sur la muqueuse vaginale. Qui dit moins de frottements, dit moins de micro-lésions…etc.

De plus, nous vous conseillons de les choisir hypoallergéniques. En effet, meme si vous n’avez pas d’allergie, ce type de préservatif est probablement moins « agressif » et donc moins irritant pour les muqueuses. En effet, en cas de cystite, les muqueuses sont souvent soumise à rude épreuve. Il est préférable de limiter au maximum leur irritation lors des rapports.

Enfin, même si le préservatif est lubrifié (ce qui est le cas de 90% des produits existants) il est fortement recommander d’utiliser en plus un lubrifiant.

Nous avons réalisé une top liste de préservatifs pour vous aider à choisir parmi la multitude de marques et de modèles.

Utilisez des lubrifiants adaptés

Les lubrifiants et spermicides à l’usage des rapports sexuels peuvent irriter votre urètre. En cas de cystite post-coïtale systématique (ou presque) l’utilisation d’un lubrifiant est indispensable.

Lorsque vous choisissez un lubrifiant veillez à ce qu’il soit compatible avec l’utilisation de préservatifs. En effet, si le gel / crème lubrifiante est compatible pour les préservatifs cela signifie qu’ils ne sèche pas et sera absorbé très lentement par l’épiderme avec pour conséquence une bonne lubrification et qui va durer tout le long du rapport sexuel. Cette caractéristique permet d’éviter la formation de micro lésions sur la muqueuse vaginale (lesquelles sont responsables de l’infiltration des bactéries causant la cystite post-coïtale).

En conclusion mieux vaut privilégier les lubrifiants à base d’eau et éviter ceux qui sont au silicone ou gras. N’utilisez pas de lubrifiants à base de monosynol-9 quand vous utilisez des préservatifs.

Le diaphragme et l’infection urinaire

Beaucoup de femmes se posent la question de savoir si le stérilet est la cause de leurs infections urinaires à répétition. La réponse est non.

Par contre, il faut savoir que le diaphragme peut favoriser ce type d’infections. Son effet mécanique gêne l’évacuation de la vessie et l’application de spermicides va modifier la flore bactérienne.

Le manque d’eau

Le fait de ne pas boire suffisamment d’eau dans la journée peut être une cause de la cystite. Le fait de boire permet d’évacuer les germes lorsque l’on urine.
Le risque de cystite est d’ailleurs plus élevé en été car on a tendance à transpirer plus et à uriner moins que l’on devrait. Soyez donc vigilants pendant cette saison surtout si vous allez dans un pays chaud.

L’hygiène

On pense à tort que l’infection urinaire à souvent pour cause une mauvaise hygiène intime et le réflexe est donc d’avoir une hygiène trop rigoureuse. Attention aux douches vaginales qui peuvent provoquer un déséquilibre de la flore et donc entraîner une infection. Pour les mêmes raisons, nous vous déconseillons d’utiliser des savons trop agressifs et d’éviter les bains moussants.

Le diabète

Les personnes diabétiques ont un risque élevé de développer une infection urinaire. Pourquoi ? Tout simplement à cause du taux élevé de sucre dans les urines qui va constituer un milieu favorable au développement des bactéries.

Les conséquences d’une cystite

Une infection urinaire ne se résorbe que très rarement d’elle-même. Il faut donc consulter un médecin dès que les premiers symptômes apparaissent. Il va vous prescrire un traitement pour vous soulager bien sûr mais il va surtout faire en sorte que votre infection disparaisse en 2 ou 3 jours. Dans 95% des cas, une infection urinaire bien traitée est sans conséquences.

Mais une infection urinaire qui n’est pas traitée à temps peut avoir des conséquences graves. On parle alors de pyélonéphrite, de septicémie ou d’insuffisance rénale terminale

La pyélonéphrite

Lorsqu’une infection urinaire s’accompagne de fièvre, de douleurs dans le dos ou de frissons, cela signifie que l’infection a gagné l’un des 2 reins. Ce genre de complications peut être grave d’où l’intérêt de ne pas attendre pour consulter son médecin.

La septicémie

Une pyélonéphrite mal soignée peut entraîner une septicémie c’est-à-dire la multiplication des bactéries dans tout l’organisme. Cette infection sanguine peut être très grave et provoquer un choc septique. A ce stade, la vie du patient est en danger.

Insuffisance rénale terminale

Les infections urinaires peuvent entraîner l’apparition d’un calcul dit d’infection et peuvent donc mener à une insuffisance rénale. La formation de calculs qui obstruent les reins est due à la présence de bactéries dans les urines. Les calculs sont parfois signalés par des douleurs lombaires mais sont le plus souvent découverts lors d’une échographie de l’abdomen.

L’infection urinaire chez les hommes

A la différence des femmes, les hommes sont peu touchés par les infections urinaires. Pourquoi ? Parce qu’ils possèdent un urètre long qui est plus difficile à remonter par les bactéries.

Lorsqu’une infection urinaire apparaît chez les hommes, elle est souvent due à une anomalie du système urinaire qui permet aux bactéries d’y rester.

Le risque de cystite augmente chez les hommes avec l’âge en raison d’une augmentation fréquente du volume de la prostate. La vessie ne se vide alors plus complètement, l’urine va y stagner plus longtemps favorisant la prolifération des bactéries.

Les calculs rénaux peuvent également conduire à une infection urinaire.

Les symptômes sont les mêmes que pour les femmes : brûlures au moment d’uriner, envies fréquentes d’uriner, urines troubles et malodorantes.

Dans la plupart des cas, cette infection est bénigne et sans conséquences.

Si elle n’est pas soignée, les risques sont une prostatite, une épididymite ou une pyélonéphrite.

L’infection urinaire chez la femme enceinte

L’infection urinaire est très fréquente chez les femmes enceintes. En effet, 1 femme enceinte sur 10 est touchée par une infection urinaire. Mais rassurez-vous elle est souvent bénigne. Il existe plusieurs types d’infection pendant une grossesse : la cystite, la bactérie et la pyélonéphrite.
L’infection est soit causée par une bactérie, soit par un trouble hormonal ou par une compression de l’urètre.

L’infection urinaire chez les enfants

Les enfants sont également sujets aux infections urinaires. Mais il est très fréquent qu’ils aient peu de symptômes. Il s’agit souvent d’une fièvre seule. Si votre enfant se plaint d’avoir mal au ventre et s’il fait pipi au lit, il souffre très certainement d’une infection urinaire.

Chez les tout-petits, vous vous en apercevrez lors de la miction car ils vont pleurer ou se plaindre au moment d’uriner.

Pour les nourrissons, il est encore plus difficile de détecter une infection. Elle est souvent accompagnée de fièvre, d’un refus de s’alimenter et de troubles gastro-intestinaux.

Comment soigner l’infection urinaire ?

Le diagnostic d’une infection urinaire

Le diagnostic d’une infection urinaire passe d’abord par l’interrogatoire de votre médecin mais également par une bandelette urinaire, par l’examen cytobactériologique des urines (ECBU) ou par un antibiogramme. Nous vous expliquons ces 3 procédés en détails.

Les bandelettes urinaires

Ce test peut être réalisé chez soi surtout dans le cas de cystites à répétition. Il permet de détecter rapidement et précocement l’infection lors de l’apparition des premiers symptômes. Il est également utile pour vérifier l’absence d’infection urinaire, pour éviter qu’une infection ne s’installe et pour vérifier l’absence de la bactérie responsable de l’infection après le traitement.

Elle se présente sous forme de petite tige souple. Vous devez la tremper dans vos urines matinales. Elle mesure deux paramètres (les leucocytes et les nitrites) grâce à une échelle de couleurs. Au niveau des résultats, ils peuvent être soit positifs, soit négatifs soit douteux. Dans le cas où les deux paramètres sont positifs, il y a une suspicion d’infection urinaire. Vous devez donc prendre un rendez-vous avec votre médecin.

Si les deux paramètres sont négatifs, c’est que vous n’avez pas d’infection urinaire. Si les deux paramètres sont différents, vous allez devoir refaire le test le lendemain. Si le résultat est le même, vous devez prendre un rendez-vous avec votre médecin.

Nous vous conseillons de lire notre article complet dédié à l’utilisation des bandelettes urinaires.

L’ECBU

L’ECBU est le test le plus demandé par les médecins. Il est effectué avant toute prise d’antibiotiques. Dès que le patient a déposé les urines au laboratoire, il peut commencer son traitement antibiotique sans attendre les résultats.

Les urines sont recueillies dans un flacon stérile le matin après une petite toilette effectuée avec un antiseptique. En fait vous vous levez, vous appliquez un peu d’antiseptique au niveau du méat urinaire, vous urinez un premier jet, vous stoppez et vous prélevez les urines du deuxième jet. Vous n’avez plus qu’à apporter vos urines au laboratoire dans les deux ou trois heures qui suivent.

L’ECBU indique un nombre important de leucocytes (supérieur à 10 000 par ml), la présence d’hématies, la présence ou l’absence de cristaux et enfin, la présence de germes.

Si votre médecin vous a prescrit un ECBU dans les prochains jours, nous vous invitons à lire notre article détaillé sur le test ECBU.

L’antibiogramme

Lorsqu’un germe est retrouvé, le laboratoire va alors faire un antibiogramme. Il consiste à tester une quinzaine d’antibiotiques afin de déterminer pour chacun d’eux leur efficacité sur les germes. Il y a 3 résultats possibles :

  • Le germe est résistant à l’antibiotique : il est donc inutile de la prescrire
  • Le germe est sensible à l’antibiotique : celui-ci aura donc de réelles chances de détruire définitivement le germe
  • Le germe est intermédiaire : l’antibiotique va stopper la multiplication bactérienne mais ne vas pas la détruire. Il n’aura donc qu’une efficacité relative

L’antibiogramme permet au médecin de vérifier si l’antibiotique qu’il a prescrit est efficace pour le germe présenté ou s’il doit en prescrire un autre à sa place. Si votre médecin vous a prescrit un antibiogramme ou si vous souhaitez savoir comment se déroule cet examen, nous vous invitons à consulté notre article détaillé sur le sujet.

Les médicaments pour soigner l’infection urinaire

Pour traiter une infection urinaire d’origine bactérienne, votre médecin va vous prescrire des antibiotiques. C’est le moyen le plus efficace et le plus rapide pour soigner une infection urinaire.

La bonne nouvelle c’est que les symptômes vont disparaître dans les 24 à 48 heures après le début du traitement de l’infection urinaire. Mais vous devez suivre le traitement prescrit jusqu’à la fin.

Si vous remarquez que le médicament contre l’infection urinaire qui vous a été prescrit n’est pas efficace au bout de 48h, prévenez votre médecin. Il vous en prescrira très certainement un autre.

Parmi les antibiotiques les plus prescrits, on trouve le Suprax, le Triméthoprime et la Ciprofloxacine.

  • Le suprax est principalement prescrit lorsque c’est la première fois que la personne souffre d’une infection urinaire. Il est déconseillé lors d’une infection urinaire récidivante.
  • Le triméthoprime est prescrit en prévention d’une cystite ou pour un traitement à long terme.
  • La ciprofloxacine est un antibiotique à spectre large.

Pour en savoir plus sur les traitements antibiotiques recommandés, nous vous invitons à consulter notre page dédiée.

Les traitements naturels pour soigner l’infection urinaire

Le traitement de l’infection urinaire passe avant tout par la consultation chez un médecin et la prise d’antibiotiques. Mais pour guérir d’une infection urinaire, on peut également choisir des traitements 100% naturels. Alors comment soigner une infection urinaire de façon naturelle ? Voici quelques solutions qui ont fait leur preuve en tant que remède infection urinaire femme.

La Canneberge

La canneberge ou Cranberry (nom anglo-saxon) est une petite baie rouge bien connue pour ses vertus santé.

De nombreuses études démontrent l’efficacité de ce fruit pour réduire la fréquence des infections urinaires chez la femme.

De plus en plus de bactéries responsables des cystites sont résistants aux antibiotiques. Ce qui n’est pas le cas de la canneberge. Elle contient des flavonoïdes, des anthocyanes et des proanthocyanidines. Ceux-ci ont la capacité de se fixer sur les bactéries et de les empêcher d’adhérer aux cellules de la vessie. Les bactéries n’ayant plus de point d’ancrage, elles vont être naturellement éliminées par les voies naturelles.

L’Agence française de la sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a rendu un avis favorable sur les bénéfices santé de cette baie.

Le D.Mannose

Le D.Mannose, est une alternative bien connue en tant que solution infection urinaire naturelle et efficace. Alors comment guérir une infection urinaire avec le D.mannose ? C’est ce que nous allons vous expliquer.

Le D.mannose est un sucre simple non assimilable par l’organisme que le corps fabrique en petites quantités.
La bactérie E.Coli est dans 75 à 95% des cas à l’origine des infection urinaires. Elle cherche à se fixer à des récepteurs pourvus de sucre sur la paroi de la muqueuse vésicale.

Dans l’urine, le D.mannose simule les récepteurs sucrés. Le résultat est sans appel : les bactéries ne vont plus se lier à la muqueuse de la vessie mais au D.mannose. Elles vont donc être éliminées par l’urine.

Les huiles essentielles

Lorsque la présence de bactéries est confirmée par un examen ECBU, vous pouvez avoir recours aux huiles essentielles. Elles sont très actives sur les germes responsables des infections urinaires et surtout s’il s’agit de Proteus mirabilis ou de streptocoques. Elles sont cependant moins efficaces s’il s’agit de l’E.Coli.

Vous pouvez faire des formules à base d’origan d’Espagne, de Thym rouge de Tea-Tree, de Canneberge, de Cannelle de Ceylan ou de cannelle de Chine.
Vous pouvez également acheter des mélanges d’huiles essentielles prêts à l’emploi.

Les tisanes diurétiques

Lorsque l’on souffre d’une cystite, la question comment guérir une infection urinaire devient notre première préoccupation. Les tisanes diurétiques sont considérées comme un traitement doux surtout conseillé aux enfants et aux femmes enceintes.

Voici quelques exemples de tisanes particulièrement efficaces et très simples à préparer soi-même.

  • Tisane à la bruyère

Mettre 4 cuillères à soupe de fleurs de bruyère séchées dans un litre d’eau froide puis porter à ébullition. Faites bouillir durant une quarantaine de minutes à feu doux et filtrez. A boire entre les repas.

  • Tisane aux baies de genièvre

Mettre une cuillère à café de baies de genièvre dans une tasse. Versez de l’eau chaude et laissez infuser pendant 10 minutes. Filtrez et buvez-en deux ou trois tasses par jour durant 3 semaines.

  • Tisane à l’ortie blanche

Faites infuser 20 grammes de fleurs d’ortie blanche par litre d’eau. Buvez-en 3 tasses par jour.

L’homéopathie

Le traitement homéopathique est efficace notamment dans le cas de cystites à répétition mais également pour les autres formes d’infection urinaire.

Si vous êtes dans l’attente de consulter votre médecin, vous pouvez prendre 5 granules toutes les heures de Cantharis 7CH ou de Mercurius Corrosivus 7CH.

Pour les cystites à répétition ou chronique, vous pouvez prendre des granules de Sépia 5CH et de Lycopodium 7CH.

N’oubliez pas de boire de l’eau

Il peut être tentant de ne pas vouloir boire lorsque l’on a une cystite pour ne pas aller uriner et donc pour ne pas avoir mal. C’est tout à fait compréhensible. Mais sachez que c’est l’inverse qu’il faut faire.

Vous devez en effet boire au moins 1,5 l d’eau par jour pour aider votre corps à vous débarrasser de l’infection. C’est une solution infection urinaire indispensable pour en venir à bout rapidement.

Comment éviter l’infection urinaire ?

Les aliments à éviter

En prévention d’une cystite ou d’une récidive, il y a des aliments et boissons qu’il vaut mieux éviter de consommer. C’est notamment le cas des épices, du thé et du café, du sucre, du vin blanc et du champagne. Ces derniers par exemple contiennent des sulfites, irritants pour la vessie. Le sucre quant à lui est très apprécié par la bactérie E-coli et qui a tendance à se multiplier dans un terrain où le sucre est très présent.

Vous devez également éliminez de vos repas tous les aliments qui créent de l’acidité comme les cornichons ou encore le vinaigre.

Conseils pratiques pour éviter une infection urinaire

Le moyen le plus efficace qu’ont les femmes de prévenir une infection urinaire est de s’essuyer toujours de l’avant vers l’arrière lorsqu’elles vont aux toilettes.

Cela évite que les bactéries présentent dans l’anus n’atteignent le vagin ou l’urètre. Il est d’ailleurs conseillé d’apprendre ce geste aux petites filles dès leur plus jeune âge.

Vous devez également éviter de vous retenir trop longtemps lorsque vous avez envie d’uriner. Garder l’urine dans la vessie donne effectivement le temps aux bactéries de se multiplier.

En cas de sécheresse vaginale, utilisez toujours un lubrifiant soluble à l’eau lors des rapports sexuels afin d’éviter des irritations.
Nous vous conseillons d’éviter les pantalons serrés et les sous-vêtements en fibre synthétique qui favorisent la transpiration et la multiplication des germes. Optez pour des sous-vêtements en coton de préférence.

En prévention des cystites, tous les médecins et urologues vous conseilleront d’uriner après chaque rapport sexuel pour chasser les bactéries qui peuvent être présentes dans l’urètre.

Lutter contre les troubles du transit intestinal est une solution pour prévenir les infections de type cystite. Il faut notamment faire très attention avec la constipation qui contribue aux infections car les bactéries stagnent dans le rectum.

Consolider sa flore intestinale en prenant des probiotiques

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants bénéfiques pour la flore intestinale et donc très étudiés pour prévenir les cystites à répétition notamment.

Les probiotiques sont particulièrement recommandés également après la prise d’antibiotiques en grande quantité afin de rééquilibrer la flore intestinale.

De nombreuses études démontrent que les probiotiques permettent de rééquilibrer et de renforcer la zone vaginale afin de prévenir l’apparition des bactéries et pour aider à l’évacuation de celles-ci.

Restaurer la flore vaginale

Pour restaurer la flore vaginale, nous vous présentons deux solutions qui ont fait leurs preuves.

Les tampons aux probiotiques

Ces tampons sont imbibés de bactéries bénéfiques à notre organisme et qui vont restaurer la flore vaginale. Il est conseillé d’utiliser ce type de tampons lors d’infections urinaires à répétition.
On les utilise surtout en prévention car ils contiennent des bactéries qui renforcent les défenses immunitaires du vagin.

Les ovules aux probiotiques

Pour restaurer la flore vaginale et ainsi mettre toutes les chances de son côté pour prévenir les infections urinaires, on peut utiliser des ovules aux probiotiques. Elles ont pour rôle de renforcer les mécanismes de défenses naturels contre les infections.

Conclusion

Comme nous l’ont confirmé plusieurs urologues, toutes les femmes ont ou auront au moins une infection urinaire au cours de leur vie.

Ce type d’infection est gênante, douloureuse mais également embarrassante. Beaucoup de personnes associent l’infection urinaire à une mauvaise hygiène intime. Ce qui est totalement faux. Les causes d’une cystite sont très nombreuses et rarement dues à une mauvaise hygiène. Au contraire, elle peut d’ailleurs être due à une hygiène beaucoup trop importante.

La cystite est une infection courante et les médecins sont habitués à avoir dans leur cabinet des patientes qui en souffrent. Rassurez-vous, vous ne serez pas jugés.
Une infection urinaire est dans la majorité des cas bénigne et elle guérit aussi rapidement qu’elle est apparue. Mais pour cela, il faut agir au plus vite et dès les premiers symptômes.

Pour éviter une récidive, mieux vaut connaître les bons gestes et les bonnes habitudes à avoir au quotidien.
Si vous consultez rapidement votre médecin, si vous prenez vos antibiotiques, si vous mettez en application nos solutions naturelles pour vous soulager ou pour prévenir une cystite, vous n’avez pas de raisons de vous inquiéter.

L’important est de ne pas laisser traîner une infection urinaire ni de la laisser se développer. Dans tous les cas et nous vous le répétons, l’infection urinaire n’est pas dangereuse pour votre santé dans la majorité des cas, elle passe en deux ou trois jours en prenant un traitement et surtout, elle est certes embarrassante mais absolument pas honteuse.

34e1e3ffa824361146acad4946790337&&&&&&&